nous sommes

Ample Man
Danse

Ample Man Danse crée et produit des œuvres chorégraphiques poético-urbaines depuis 2012. Dans une approche valorisant la création collective, Simon Ampleman et ses collaborateurs explorent « l’effet humain » en multipliant les échanges de proximité avec des partenaires et citoyens de tous âges, au Québec et à l’étranger. Rassembleurs, surprenants, vigoureux, ses objets artistiques font honneur au talent de ses créateurs et se positionnent comme vecteurs de développement culturel et social.

DÉMARCHE ARTISTIQUE

L'effet humain

Le développement de public pour la danse est au cœur des priorités d’action d’Ample Man Danse. C’est dans cette optique que la compagnie crée des œuvres rassembleuses et accessibles qui initient jeunes, adultes et aîné·e·s à la danse contemporaine. Ce qui émerge du travail chorégraphique des dernières années, c’est un langage gestuel « témoins » d’expériences vécues au contact des gens, à travers des projets artistiques déployés au cœur même des milieux de vie et de leur architecture singulière. La création avec des danseur·euse·s professionnel·le·s et des néophytes de tous âges, dans des lieux non dédiés à la danse, nous amène toujours sur des terrains où l’inconnu force à innover, à s’adapter, à trouver des solutions, mais ouvre aussi à une multitude de nouveaux matériaux de création. 

Simon Ampleman cumule plus de 20 ans d’expérience pratique en animation, ce qui constitue le leitmotiv de son travail créatif. Il attache une importance particulière au fait de travailler avec des populations plus sensibles. L’art dans la communauté laisse une trace forte chez les gens, et par la danse, nous leur redonnons confiance en les invitant à poser un regard intérieur, en les poussant à se voir différemment, à découvrir leurs possibilités, à communiquer autrement que par la parole, à développer l’imaginaire et entraîner le cerveau à être créatif dans le quotidien. Une créativité qui fait réfléchir, car elle est axée sur la recherche de solutions en développement social, familial et personnel. 

Tant en salle qu’en extérieur, la compagnie crée un espace public pour la danse. Le langage chorégraphique est créé par et avec un public actif et investi, avec leurs gestes purs et non conditionnés, qui témoignent à la fois d’une sensibilité et d’un parcours de vie unique. Dans un fin amalgame de danse contemporaine et de médiation artistique, la pluralité des rencontres enrichissent les créations artistiques d’AMD et ses explorations. Celles-ci, principalement centrées dans l’espace public, le in situ, mettent en perspectives la diversité des corps et des individus en relation avec leur environnement, chacun influençant l’autre. C’est une recherche humaine, organique, relationnelle et musicale.

CONSULTEZ LE RAPPORT ANNUEL 2020

 

DIRECTEUR ARTISTIQUE 

Simon Ampleman

Danseur, chorégraphe et médiateur culturel

«La danse qui m’anime est une danse de rencontres. J’aime l’effet synergique créé par la rencontre des gens avec l’espace urbain, où l’intime et le public arrivent à s’arrimer pour faire vivre une expérience artistique signifiante. J’aime exploiter tout le potentiel acrobatique et poétique du mouvement, et le faire dialoguer pour créer des relations de proximité avec le public, que ce soit en salle ou dans les lieux extérieurs. C’est une danse à la fois « architecturale » et instinctive, performative et sensible.»

Formé à l’École de danse contemporaine de Montréal, Simon Ampleman n’a jamais cessé de perfectionner sa pratique, notamment en poursuivant des stages à Vienne (Impuls Tanz), à Bruxelles (P.A.R.T.S.), à Tel-Aviv (Batsheva, bourse du CALQ) et à New York. Il a performé pendant 7 ans au sein de la compagnie Destins Croisés, laquelle l’a initié aux différents styles de danse urbaine, et a également dansé pour Hélène Blackburn, Harold Rhéaume, Karine Ledoyen, Chantal Caron et les Imprudanses. Personnalité phare en médiation artistique dans le milieu de la danse, il a mené bon nombre de projets de création en lien avec plusieurs institutions culturelles, scolaires et politiques, au Québec et en France (Paris, Dieppe, Caen, Tours). Il fut également porte-parole du Festival Accès Danse 2018 et de l’Intercollégial de danse 2019.